Menu Fermer

Critique constructive | Initier, accompagner, cocréer le changement

critique constructive mon entreprise ma réussite

Si la critique constructive s’apparente à une suggestion d’amélioration, elle accompagne aussi le changement. Quelles conséquences positives peut-elle avoir sur l’amélioration des produits et des services d’un professionnel ? Qu’implique-t-elle pour son client ?

Nombreux sont les conseils disponibles sur le web quant à la thématique de la critique constructive. Pour la plupart, ils visent à améliorer la forme et le fond de celle-ci dans le cadre du management d’entreprise. Mais également dans celui des relations personnelles. Ainsi, l’objectif est à chaque fois d’apprendre ou de réapprendre à émettre une critique sachant atteindre son but. Tout en s’assurant que notre interlocuteur la considère pour ce qu’elle est. Autrement dit, la traduction de notre volonté à améliorer une situation, un comportement, une communication.

Par conséquent, la critique constructive induit des trésors de patience, d’écoute et de bienveillance. L’idée est de prendre le temps de distinguer non seulement le tempérament de notre interlocuteur, le contexte le plus propice pour émettre la critique. De plus, il s’agit de dépasser le seul cadre de l’élément à la base de cette dernière pour concevoir toute la dimension émotionnelle et les faits. Dans cette perspective, quelles conséquences positives la critique constructive peut-elle avoir sur l’amélioration des produits et des services d’un professionnel ? Quelles sont celles qu’elle peut avoir sur ses relations avec sa clientèle ?

Positiver, argumenter, s’engager

Plusieurs méthodes existent. D’une part, on pourra citer celle appelée “renforcement en sandwich”. Les deux morceaux de pain incarnent deux aspects positifs de la personne et/ou de la relation. Quant à l’aliment du milieu, il constitue la critique elle-même. D’autre part, il existe la technique dite “ABC”. Chaque lettre correspond à une étape. La première consiste à décrire ce que nous n’apprécions pas, sans juger l’autre. La seconde, à partager en quoi la situation nous affecte. La troisième, à confier que l’on comprend les motivations de l’autre et que l’on assume notre part de responsabilité.

Dans le cadre d’une relation entre une entreprise et un client, la critique constructive intègre un certain nombre d’inconnues souvent difficiles à appréhender. Et pour cause : il ne s’agit ni d’une relation entre collaborateurs ayant coutume de travailler ensemble, ni d’une relation de couple, familiale ou amicale. C’est pourquoi la critique constructive dans ce cas précis revêt des aspects singuliers. Certes, ils sont complémentaires aux différentes méthodes existantes. Néanmoins, ils sont surtout liés à la manière de vivre la critique constructive, tant du point de vue du professionnel que du client.

Critique constructive : une autre perception du monde

Si la critique constructive s’apparente à une suggestion d’amélioration, elle initie, accompagne et cocrée aussi le changement. L’ère du numérique et des réseaux sociaux est passée par là. Pour dépasser le stade de l’avis ou du commentaire complaisant ou insultant, le client se doit de vivre pleinement la critique qu’il souhaite émettre vis-à-vis d’un produit ou d’un service. Une critique pour laquelle il aura pris le temps et le recul nécessaires pour rester constructif. Objectif : devenir la composante clé dans l’évolution des produits et des services concernés. Dans ce sens, plusieurs entreprises ont déjà fait en sorte d’intégrer véritablement cette critique constructive au développement et/ou à la réinterprétation de leurs produits et services.

Cette démarche valorise un cheminement afin de l’accepter. De plus, elle démontre un engagement : celui d’en faire la pierre angulaire de leurs investissements et de leur stratégie commerciale et promotionnelle. C’est notamment le cas d’Amandine Cruzel. Et ce, par le biais de la trame d’évaluation “à chaud” remise à la fin de chaque session de formation de son organisme Mon Entreprise – Ma Réussite. Mais aussi par celle “à froid” envoyée quelques mois après. Ainsi, plus que de servir l’amélioration et l’évolution constantes des contenus de son offre, l’objectif est de bâtir une vision commune à long terme. Une vision axée notamment sur les nuances de perception d’un monde en profonde mutation et sur la meilleure manière de les harmoniser.