Menu Fermer

Concurrents | Pourquoi ne leur vouloir que du bien ?

concurrents mon entreprise - ma réussite

Quand certains considèrent leurs concurrents comme un péril pour leur chiffre d’affaires, d’autres craignent qu’ils ne remettent en question leur projet global d’entreprise. Pourtant, ceux-ci font partie intégrante de sa bonne concrétisation, de son développement et de son succès. Dans quelle mesure ?

Créer ou reprendre une activité suppose d’accepter, de facto, la présence de concurrents directs et indirects sur votre propre marché. Néanmoins, (trop) nombreux sont encore les nouveaux chefs d’entreprise à rêver leur “effacement” pur et simple des écrans radars. En cause ? Une peur irrépressible que leur structure soit mise à mal commercialement, financièrement, ainsi qu’au niveau de son image. Cette peur est d’autant plus palpable chez les indépendants.

Ainsi, l’installation d’un nouveau concurrent à quelques kilomètres de leur établissement peut, par exemple, devenir la source de leurs plus grands maux. Qui plus est, dans les circonstances socio-économiques actuelles difficiles. Malgré tout, derrière cette angoisse liée, notamment, à la perte – supposée – de leur clientèle, se dissimulent d’autres réalités bien plus réjouissantes. Quelles sont ces opportunités restant à conquérir ? Qu’impliquent-elles pour les entrepreneurs dans le cadre de leurs rapports concurrentiels ?

Vos concurrents ont le même objectif que vous

Le monde des affaires, tout comme celui de l’entreprise, est à l’image de notre société. On y trouve aussi bien des professionnels passionnés, engagés et beaux joueurs, que des magnats sans véritables scrupules. Chacun voit midi à sa porte, c’est bien connu. Aussi ne s’agit-il pas d’avancer que certains profils sont plus respectables que d’autres. En effet, leur but est le même que le vôtre : la réussite de leur entreprise.

Ceci étant dit, une chose est sûre : tous ces profils d’entrepreneurs très différents ont quelque chose à vous apporter. Et ce, dans le cadre de l’approche que vous aurez vous-même définie comme étant celle qui est la plus appropriée pour le développement de votre projet. De fait, si ce constat bouscule un grand nombre d’idées reçues, il a le mérite d’encourager un repositionnement salvateur à l’égard de vos concurrents. Voici pourquoi.

L’esprit de compétition : un mal nécessaire ?

Ce titre était celui donné à l’interview du philosophe Alain Finkielkraut menée par l’INSEP en 2013. Dans ce court extrait, ce dernier y décrit l’esprit de compétition comme “une condition intrinsèque de l’Humanité car il faut bien qu’elle avance. Et ce, en créant, entre autres, un parallèle avec la pratique sportive. Dès lors, on se remémore les valeurs liées au dépassement de soi, au goût de l’effort et au renforcement de la singularité de l’être.

Cette réflexion recentre le débat, y compris quant à la compétition entre les entreprises. Ainsi, il s’agit de considérer vos concurrents non plus comme des dangers, mais comme ces opportunités d’innover, de vous challenger tout comme vos équipes le cas échéant. Imaginez : quid de la satisfaction de vos clients si vous étiez la seule entreprise à proposer tel ou tel produit/service ? D’ailleurs, c’est notamment pour cette raison que le droit de la concurrence fut instauré. En France, par l’ordonnance du 1er décembre 1986.

Souriez : vous êtes concurrencé !

En l’espèce, il s’agit là d’une excellente nouvelle pour vous et votre projet. D’une part, il ne faudrait pas omettre que si vos concurrents existent bel et bien, vous existez de la même manière pour eux. D’autre part, user de votre esprit de compétition ne signifie pas forcément qu’il faille tout détruire sur votre passage, pas plus que pour la grande majorité d’entre eux. Enfin, de nouvelles perspectives s’offrent à vous dès l’instant où votre angle de vue change.

Prenez le temps de vous connaître

La peur se nourrit, en tout premier lieu, d’un défaut de connaissance. Par conséquent, si vous vous inquiétez quant au fait que vos concurrents puissent conquérir votre clientèle, prenez du recul et recentrez-vous. Car mal vous connaître est la source de bon nombre de vos doutes et de vos frayeurs. Pour les transformer, initiez une remise en question constructive en vous posant ces quelques questions :

  • Quelles sont vos motivations profondes animant votre projet d’entreprise ?
  • En quoi votre personnalité est-elle unique en son genre pour le mener à bien ?
  • Quelles sont les réalisations personnelles et professionnelles qui vous ont rendu fier ?
  • Et celles qui auraient mérité plus d’attention de votre part ?
  • Quelles sont vos ambitions au-delà de votre chiffre d’affaires ?

Puis de connaître vos concurrents

Ici, il s’agit de dépasser les seuls éléments :

  • Compilés lors de votre étude de marché.
  • Trouvés dans des articles de presse et sur les réseaux sociaux.
  • Intégrant la communication officielle de vos concurrents.
  • Échangés durant les événements auxquels vos concurrents et vous avez pu prendre part…

En réalité, l’idée est de créer du lien avec eux. En jeu : la possibilité, d’une part, de discuter de vos pratiques métiers respectives. D’autre part, d’identifier les atouts attachés à chacun de vos savoir-faire. Enfin, de concevoir des solutions et/ou prestations inédites pour vos clients. Soit en vous appuyant sur les seules forces de votre entreprise. Soit en imaginant une collaboration porteuse s’inscrivant dans une logique de gagnant-gagnant.

Pour être reconnu par vos clients

Car non : faire du business ne revient pas forcément à se faire la guerre, loin de là. Parmi les cordes à votre arc, des compétences dont vos concurrents ne disposent peut-être pas, et inversement. Ainsi, la démarche suggère la pleine et entière considération de certaines complémentarités existantes entre vos activités et les leurs. Mais aussi entre la façon dont vous les réalisez et la leur.

Dès lors, votre perception des rapports concurrentiels change, tout comme votre manière de les vivre. En effet, au-delà de votre réussite et de celle de vos concurrents, une règle d’or subsiste : la satisfaction de votre client. Cette règle forme une incitation supplémentaire à dépasser vos craintes les plus rebelles. Et ce, pour investir à bon escient votre temps, votre énergie et vos facultés, dans l’intérêt de toutes les parties en présence.